top of page

Papa ?! C'est moi, je suis là...

Dernière mise à jour : 12 sept. 2023

On n’est jamais prêt à vivre les évènements banals d’une vie, comme le décès d’un parent, par exemple.

L’enfance est venue frapper à ma porte d’adulte pour faire le point. Elle transportait dans sa besace des choses laissées volontairement ou inconsciemment de côté, qui m’encombrent, me freinent, me font souffrir…


J’ai le choix, soit je refuse de me confronter parce que quand même ce n’est pas le moment, c’est dur, j’ai peur, je ne veux pas, je ne peux pas…Et je referme la porte. Soit, je saisis cette opportunité de grandir et de m’apaiser.


J’ai choisi la deuxième option parce que je suis prête, que j’ai trop longtemps remis à plus tard et parce que je sais aujourd’hui que j’ai la force et les capacités d’affronter cette réalité. Aussi, parce que je travaille depuis plusieurs années maintenant, à muscler ma responsabilité d’adulte à prendre soin de moi. Parce que je sais qu’affronter, va me soulager et me libérer.


Je croyais pourtant être plutôt pas mal coté tri, avoir fait de bons bilans, avoir réglé mes comptes et fermé les dossiers. Tu parles, les dossiers de l’enfance, c’est comme dans la pub, « Quand y en a plus, y a encore ».


Et voilà mon enfant intérieur qui déballe avec le culot et l’entrain qui le caractérise ;

- Tu te souviens de ça, t’en fais quoi ?

- Et ça, tu lâches, tu pardonnes, tu règles ?

- Et ça, on en parle ou pas ?

- Et là, t’as tout dit ?!

- Et ça, t’en penses quoi ? Tu ressens quoi ? …


Enfin, vous voyez le bazar.

Et ça, c’est juste mon bazar à moi. A celui là, s’ajoute celui de ma fratrie, qui a beau avoir eu les mêmes parents, mais n’a cependant pas la même histoire. Et, le bazar de ma mère…


C’est tout ça qui fourmille dans mon esprit depuis que j’ai vu la main inerte de mon père dans cet hôpital. Cette main que j’ai voulu saisir pour lui dire ;


- Allez viens, on te débranche et on sort ! Viens, on réécrit l’histoire, on répare et on pardonne. Viens on va se faire un bon gueuleton comme tu aimes, boire du bon vin et se dire tout ce qu’on ne s’est jamais dit…


Mais la main ne répond pas, mon père peine à garder les yeux ouverts et baragouine faiblement deux trois mots incompréhensibles. Je sais que ce n’est pas du chiqué parce que l’argument du gueuleton, il n’aurait jamais refusé autrement.


Alors, j’accepte et me confronte à cette réalité insoutenable. J’entre dans cette zone de turbulence continue, dans le sas spatiotemporel d’avant la fin. Alors, je me prépare comme je peux à vivre cet évènement banal mais fondamental pour moi, la perte de mon père.


Je me fais une promesse, de ne pas m'oublier, d'entendre et de respecter mes besoins et mes limites, d'accepter ma vulnérabilité, d'accueillir et d'exprimer mes émotions, de demander de l'aide si besoin et de faire confiance à mes ressources, au temps et à la vie, pour traverser au mieux cette épreuve.


#preparationaudeuil#enfance#histoiredevie#pertedunparent#deuil#père#parents#developpementpersonnel#coachingdevie#expressiondessentiments#affirmationdesoi#bilandevie#gestiondesémotions#





20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page